hommage à une marionnettiste amie décédée en 2011

LE THEATRE JOHANA

Johana Bory est française et vit à Bienne depuis 2 ans. « Bouton et le Chaperon » est un spectacle solo qu’elle joue indifféremment en français, en allemand et en italien. Johana Bory a appris le métier sur le tas et s’est perfectionnée en suivant des stages. Elle a commencé à faire des marionnettes à l’âge de 7 ans, a gagné ses premiers sous à 15 ans avec ses spectacles, a créé sa première compagnie à 18 ans. Deux ans plus tard elle crée la compagnie Filaio, et pendant 10 ans tourne dans toute la France au rythme de 100 représentations par an. Le Theâtre Johana ne bénéficie pas de subventions fixes, mais ses créations sont soutenues par les communes de Nidau et de Bienne, ainsi que par le canton de Berne. Le budget annuel de la compagnie est de 40'000 francs, toutes aides comprises. « Bouton et le Chaperon » est joué en salles, en France, en Italie, en Suisse romande et en suisse alémanique, au rythme de 50 représentations par an. La compagnie est très jeune, tout est en cours de réalisation et va vers le mieux : les contacts et les tournées sont en constante augmentation. A propos de son métier, Johana Bory dit : « La marionnette c’est le lien entre l’autre et moi. Il y a de la jubilation là-dedans. J’aime vraiment ce que je ressens. C’est quelque chose qui me fait du bien, et je me rends compte que je fais du bien. C’est de l’amour : j’aime créer des personnages, j’aime donner de la vie à des tissus. Ce que j’aime le plus, c’est croire et faire croire très fort en quelque chose en sachant que c’est faux, mais en y croyant, comme un enfant. C’est un sentiment d’une grande force. Et la marionnette permet ça ». En pensant à ce qu’elle attend de UNMA, Johana Bory parle un endroit ou l’on pourrait se retrouver en sachant qu’on parle le même langage tout en étant différents les uns des autres, d’une association qui offrirait des rencontres avec des gens qui partagent la même passion, des possibilités de travail ensemble, des possibilités d’échange sur le travail de chacun, et pourquoi pas des possibilités de monter ensemble un projet. Si elle apprécie d’être tenue au courant des stages, et aimerait aussi recevoir les offres de travail des compagnies, en Suisse et à l’étranger. Pierre-Alain Rolle (in Figura)